Climat : le G7 s’engage à cesser les subventions aux énergies fossiles à l’étranger « d’ici fin 2022 »


Le combat pour la lutte contre le changement climatique prend du temps mais il est efficace, un exemple concret :

En 2019, en tant que rapporteur de la loi énergie-climat, nous avons eu un débat large sur la fin des subventions aux énergies fossiles à l’étranger. À cette occasion, le Gouvernement devait remettre un rapport au Parlement en 2020 afin de présenter un ensemble de mesures permettant de proposer une trajectoire complète de fin de ces subventions.

Fin 2019, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020, la France a interdit le soutien au secteur charbon. Elle ne soutient plus de projets d’exploitation d’hydrocarbures recourant à la fracturation hydraulique ou au torchage de routine.

Fin 2020, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, conformément à mes engagements sur la loi énergie-climat, j’ai porté la première trajectoire complète de fin des subventions aux énergies fossiles à l’étranger. Cette trajectoire prévoyait que dès le 1er janvier 2021, l’État n’octroierait plus de garanties export pour des projets d’exploitation de pétroles extra-lourds, et d’hydrocarbures dits « non conventionnels ». À partir de 2025, cette exclusion sera étendue aux projets d’exploitation de nouveaux gisements pétroliers. Enfin, les exportateurs français se positionnant sur de nouveaux projets d’exploitation gazière cesseront d’être éligibles au soutien export public d’ici 2035.

En 2021, afin de créer une dynamique au niveau mondial, la France lançait la coalition « Export Finance For Future (E3F) » pour faire du financement public des exportations un levier clé fans la lutte contre le changement climatique. L’objectif était simple : Faire de la finance, une forte motrice de la lutte contre le réchauffement climatique. Lors de la création de cette coalition, nous avons pu compter sur le soutien de nombreux pays européens (L’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède)

En 2022, lors de la COP 26, la France a signé un accord réaffirmant son engagement à mettre fin aux financements publics à l’étranger de projets d’énergies fossiles. Dans le même temps, nous avons pris un engagement important, celui de réviser notre trajectoire dès cette année pour être le pays le plus ambitieux sur le sujet.

Enfin, au mois de mai 2022, les états membres du G7 ont enfin promis de cesser tout financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles. Il s’agit d’un travail diplomatique de long terme mais efficace en faveur du climat.

En 2019, nous étions le seul pays à s’engager sur cette trajectoire. Aujourd’hui, nous pouvons compter sur le soutien de 41 pays partenaires, engagés à ne plus financer des projets d’énergies fossiles à l’étranger.

Climat : le G7 s’engage à cesser les subventions aux énergies fossiles à l’étranger « d’ici fin 2022 »

Source