Présidentielles : j’ai analysé le programme « énergie » de Marine Le Pen….

🛑 À quelques heures du premier tour des élections présidentielles, j’ai analysé le programme « énergie » de Marine Le Pen. Celui-ci est incantatoire et beaucoup trop flou pour atteindre la neutralité carbone.

Sommaire

  1. Objectifs de consommation
  2. Rénovation énergétique
  3. Nucléaire
  4. Éolien
  5. Solaire
  6. Autres énergies renouvelables
  7. Hydrogène
  8. Fiscalité
  9. Marché de l’énergie
  10. Conclusion

Objectifs de consommation

Au total, le programme du RN prévoit une consommation d’énergie électrique de 600 TWh en 2030, 770 TWh en 2040 et 940 TWh en 2050 (Source : Lettre de réponse de Marine Le Pen au Shift Project). Il s’agit d’une hausse très importante de la consommation d’électricité, qui ne correspond à aucun des scénarios énergétiques dont nous disposons.

À titre d’exemple, le gestionnaire de transport d’électricité (RTE) prévoit une consommation moyenne d’électricité à 2050 d’environ 645 TWh qui pourrait aller jusqu’à 752 TWh en cas de forte réindustrialisation. Il est important de préciser que nous ne parlons ici que d’électricité, le mix énergétique à 2050 comprendra une part importante de bioénergies.

En résumé :

  • Le programme du RN ne prévoit aucune baisse de consommation d’énergie.
  • Il remet en cause la stratégie nationale bas carbone (SNBC) qui projette une baisse importante de la consommation d’énergie. Pour rappel, il n’y a pas un scénario à notre disposition (RTE, Négawatt, Agence internationale de l’énergie, ADEME…) qui ne prévoit pas de baisser nos consommations d’énergie pour atteindre la neutralité carbone. Le programme du RN est une impasse sur ce sujet.

Rénovation énergétique

Le programme du RN ne prévoit aucun objectif de rénovation et souhaite remettre en cause l’interdiction de location des passoires thermiques d’ici à 2025 (Source : Lettre de réponse de Marine Le Pen à AMORCE). Nous savons que pour protéger durablement les Français de la hausse des prix de l’énergie, il faut accélérer nos efforts de rénovation.

Par ailleurs, sur l’outil à destination des ménages que souhaite mettre en place le RN, il n’y aucun argument opérationnel : montant, budget, types de travaux…

En résumé :

  • Le programme du RN ne prévoit rien sur la rénovation énergétique.

Nucléaire

Le programme du RN souhaite que le nucléaire couvre 75% de nos besoins électriques en 2050. Pour cela, il est prévu de construire : 26 EPR2 d’ici à 2036, d’installer 1600 MW de nucléaire par an entre 2040 et 2060 et rouvrir Fessenheim. (Source : Lettre de réponse de Marine Le Pen au Shift Project).

Cette ambition est irréaliste. Les acteurs de référence de la filière se sont prononcés sur des capacités industrielles disponibles et envisageables dans les 30 ans à venir nettement inférieures à celles proposées par Mme Le Pen.
Le programme ne prévoit rien sur les modalités de mise en œuvre d’un tel programme : rien sur le financement, rien sur le portage industriel, rien sur la structuration de la filière…

En résumé :

  • L’ambition nucléaire du RN n’est pas réaliste.

Éolien

Le RN propose d’arrêter les projets éoliens et de démanteler l’ensemble des parcs existants.

Il est totalement irresponsable de se passer de près de 18 GW de capacités de production électrique. Cette mesure représente un risque important pour la sécurité d’approvisionnement et fera le jeu des énergies fossiles.

Faisons une application concrète de la mesure : Lundi dernier, lors de la pointe de consommation à 9h, l’éolien représentant plus de 20% de l’électricité produite en France. Sans éolien, nous aurions dépassé la capacité maximale des interconnexions, faisant courir un risque majeur pour la sécurité d’approvisionnement électrique. (Source – Eco2 Mix, RTE)

Enfin, il n’y a pas un scénario qui ne comporte pas d’éolien pour atteindre la neutralité carbone, même dans le scénario énergétique avec une forte part de nucléaire, il faudra de l’éolien. Nous passons rapidement, sur les coûts du démantèlement et les contentieux potentiels.

En résumé :

  • Les arguments du RN sont purement populistes et pas à la hauteur de l’enjeu climatique.

Solaire

Le programme du RN prévoit la mise en place d’un moratoire, c’est-à-dire l’arrêt des projets, et la fin des appels d’offres pour soutenir la filière.

Là encore, les scénarios à notre disposition comportent tous une part plus ou moins importante de solaire.

En résumé :

  • Se passer totalement du solaire est irresponsable.

Autres énergies renouvelables

Le RN souhaite investir dans l’hydroélectricité et dans la géothermie mais le parti n’avance pas de chiffres, pas de dispositifs d’aides, pas d’objectifs de production…

En résumé :

  • Les propositions concernant les autres énergies renouvelables sont imprécises.

Hydrogène

Le RN veut s’engager « dans la révolution hydrogène », sans information sur le soutien apporté à la filière. Il prévoit simplement une consommation de 170 TWh/an d’électricité pour produire de l’hydrogène.

Le RN fait donc le choix du scénario « hydrogène + » de RTE, le plus ambitieux. Se passer des énergies renouvelables électriques (solaire/éolien) pour produire un volume aussi important d’hydrogène n’est pas réaliste.

Encore une fois, cet objectif nécessiterait d’être étayé par quelque arguments opérationnels : organisation de la filière, formation, recherche, innovation… Nous pouvons donc clairement douter de la crédibilité de cet objectif extrêmement ambitieux.

En résumé :

  • Nous n’avons pas d’arguments permettant de dire que l’objectif hydrogène du RN est atteignable.

Fiscalité

La proposition phare du RN est de baisser la TVA sur l’énergie à 5.5%.

Il est important de préciser que les carburants ne font pas partie des produits pouvant faire l’objet d’une TVA réduite dans l’UE, selon les textes en vigueur. La directive européenne encadrant la TVA énumère, les biens et services pour lesquels un taux réduit peut s’appliquer : ni le diesel ni l’essence n’y figurent. S’il se conforme au droit, un État ne peut pas abaisser la TVA sur les carburants sous un seuil de 15%, sauf à s’exposer à des sanctions.

Mais concrètement, quel bénéfice pour les ménages ?
En 2019, les ménages ont supporté en moyenne 490€ de TVA totale sur leur facture énergétique. (Source : Rapport sur l’impact environnemental du budget de l’État, Ministère de l’économie, des finances et de la relance).

TVA à 20% = coût moyen de 480€ pour un ménage
TVA à 5.5% = coût moyen de 133€ pour un ménage.

La proposition phare du RN permettra aux ménages français de gagner 29€/mois. Ce n’est pas de nature à protéger durablement les français de la hausse des prix de l’énergie. Il faut des mesures structurelles !

Par ailleurs, quel serait le coût de la baisse de la TVA pour les finances publiques ?
En 2019, la TVA sur l’énergie a rapporté 14,8 milliards d’euros au budget de l’État, permettant de financer nos services publics. (Source : Chiffres clés de l’énergie 2021, Ministère de la Transition écologique)

Le passage de la TVA de 20% à 5.5% coûtera plus de 10 milliards d’euros aux finances publiques.

En résumé :

  • Cette proposition est peu efficace pour rendre durablement du pouvoir d’achat aux consommateurs.

Marché de l’énergie

Le RN propose de sortir du marché européen de l’électricité.

Mais concrètement qu’est-ce que cela veut dire : Est-ce que le RN souhaite arrêter les importations et les exportations d’électricité ? Sortir du réseau européen ?

Pour rappel, même si la France est majoritairement exportatrice d’électricité, nous avons importé 44 TWh d’électricité en 2021 (Source : Bilan électrique 2021, RTE). Réformer la formation des prix de l’électricité oui, sortir du réseau européen non !

Depuis maintenant 10 ans, notre sécurité d’approvisionnement repose sur les interconnexions, c’est-à-dire l’importation d’électricité de nos pays voisins. Pouvoir exporter est également nécessaire pour valoriser notre parc nucléaire : la solidarité européenne est clé pour cela.

En résumé :

  • Il est irréaliste de vouloir sortir du marché européen de l’électricité.

Conclusion

Le programme « énergie » du RN est une longue série de propositions incohérentes, populistes et incantatoires qui ne permettra pas d’atteindre la neutralité carbone.

Bref, c’est le grand flou énergétique !

Source