Rencontre avec Nicolas Faure, gérant de l’entreprise Coval

Ce lundi, je poursuivais mes rendez-vous par la visite de l’entreprise Coval à Tavel afin d’échanger avec son gérant, Nicolas Faure.

Cette entreprise est spécialisée dans le réemploi et le recyclage des matériaux issus de la construction. Elle reçoit principalement des gravats issus des déchetteries du territoire, ainsi que ceux venants d’entreprises locales.
L’objectif porté par Coval est de réduire l’emploi de remblais naturel et donc l’utilisation de ressources naturelles telles que le calcaire de carrière au profit d’un produit issu du recyclage ayant les mêmes propriétés pour le même usage (remblaiement). Une démarche vertueuse qui s’inscrit parfaitement dans une économie circulaire et une gestion durable de nos ressources, quelles qu’elles soient et qui demande à être valorisée et mise en avant.

La contribution du secteur du bâtiment dans cet effort d’économie circulaire est primordiale car ce même secteur produit annuellement 42 millions de tonnes de déchets, l’équivalent de la quantité annuelle de déchets produits par les ménages.
Ainsi, afin de développer la collecte et la valorisation de ces déchets générés lors des opérations de déconstruction et de rénovation des bâtiments, la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (Loi « Agec », portée par Brune Poirson) a prévu la mise en place d’une nouvelle filière à responsabilité élargie des producteurs (REP) pour les produits et matériaux de construction du secteur du bâtiment.

Ce dispositif contribuera à augmenter la valorisation des déchets (Aujourd’hui, 76 % de ces déchets sont valorisés grâce à 1 500 sites qui maillent le territoire), notamment pour plus de réemploi, que ce soit en sous-couche routière ou en remblais, comme échangé avec M. Faure, et moins de comblement de carrière.

– Carrières COPAT



Source