Commémorations du 60ème anniversaire du 19 mars 1962

Ce samedi 19 mars, nos communes commémoraient le 60ème anniversaire des Accords d’Evian du 19 mars 1962, instaurant le cessez-le-feu de la guerre d’Algérie.
A ce titre, j’ai participé à plusieurs de ces moments importants de recueillement et de mémoire sur notre territoire, que ce soit sur Villeneuve-Lès-Avignon, Saint-Geniès-de-Comolas ou Bagnols-sur-Cèze.

Un anniversaire d’un cessez-le-feu d’une guerre qui longtemps n’en avait pas le nom, jusqu’à la loi de reconnaissance de 1999, et qui a divisé non seulement les Algériens et les Français, mais aussi les Algériens entre eux et les Français entre eux. Près de 500 000 morts, dont 400 000 musulmans, 4 000 pieds-noirs, 30 000 soldats français, entre 15 000 et 30 000 harkis, tel est l’effroyable bilan de cette période sombre et tragique.

Les accords d’Evian, pour des milliers de soldats, c’était la promesse d’un retour dans leurs foyers. Ils étaient des appelés et rappelés du contingent, des militaires de carrière, des forces de l’ordre de métropole et d’Afrique du Nord. Mais ce fut aussi le début d’une période terrible pour celles et ceux qui sont restés en Algérie et qui ont fait le choix de la France plutôt que de l’Algérie.

Nous devons continuer, inlassablement, à transmettre, à écouter et à valoriser les témoignages, à enseigner et à expliquer les faits et les évènements. Ces mémoires s’inscrivent dans un devoir de mémoire essentiel, une transmission nécessaire aux générations présentes et à venir, pour une histoire plurielle et apaisée.

Une commémoration percutée par l’actualité. La guerre en Ukraine nous rappelle cruellement l’horreur qu’elle provoque et les victimes innocentes qu’elle fait en frappant aveuglément des villes, des bâtiments, des habitations… rappelant ainsi la fragilité de la paix.

Ville de Villeneuve lez Avignon, Mairie de Saint Geniès de Comolas, Ville de Bagnols-sur-Cèze





Source