Séance du Conseil supérieur de l’énergie : contexte géopolitique actuel / Guerre en Ukraine

Jeudi 3 mars 2022, avant le début de la séance du Conseil supérieur de l’énergie, j’ai tenu à prononcer une déclaration liminaire au regard du contexte géopolitique actuel.

Il convenait pour moi et au nom des membres du Conseil, d’exprimer notre pleine et entière solidarité envers le peuple Ukrainien qui en ce moment même, à des centaines de kilomètres de nos frontières, subissent les assauts meurtriers de l’armée Russe. Cette crise aura, par ailleurs, des conséquences sur le secteur de l’énergie. Nous le constatons déjà, avec des prix à la hausse pour l’ensemble des énergies. Les prochaines semaines et les prochains mois seront sans doute difficiles mais l’État et la filière énergie seront au rendez-vous, comme ils l’ont déjà été lors de la crise de la COVID-19.

Cette crise impose également d’être ferme pour défendre les intérêts du secteur énergétique français, dans un contexte géopolitique incertain. À ce titre, j’ai annoncé hier, en concertation avec la Ministre de la Transition écologique, que l’entreprise russe Gazprom ne pourrait plus être, indirectement, partie prenante au Conseil supérieur de l’énergie au travers d’organisations qui comptent cette entreprise parmi leurs membres.

Les textes que nous examinons ont parfois un caractère sensible, c’était justement le cas hier, avec différents projets de textes réglementaires sur la sécurité d’approvisionnement de notre pays.

À la suite de cette décision, l’entreprise Gazprom a été suspendue des deux associations présentes au Conseil supérieur de l’énergie dont elle était membre. Je tiens à remercier ces associations de leur réactivité.

https://www.greenunivers.com/2022/03/les-interets-russes-indesirables-au-cse-gazprom-suspendu-par-lafg-282287/


Source