Interview dans le journal 20 minutes

Du fait d’une actualité qui nous préoccupe toutes et tous, le 6ème rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) n’a certainement pas reçu un écho médiatique et politique suffisant.

Ce dernier rapport s’intéresse aux effets, aux vulnérabilités et aux capacités d’adaptation de la crise climatique. Les évènements climatiques extrêmes (vagues de chaleur, inondations, sécheresses…) ont déjà des impacts importants sur les populations, les écosystèmes et les infrastructures. Pour le GIEC, si la situation est grave, des solutions existent mais elles nécessitent une transformation systémique de la société.

Nous devons agir sur deux piliers :

  1. La réduction de nos émissions de gaz à effet de serre en réduisant notamment nos consommations d’énergies fossiles ;
  2. L’adaptation de notre pays aux conséquences du changement climatique. Il nous faut poursuivre notre action au niveau national et européen afin d’accélérer la transition écologique.

Dans le journal « 20 minutes », j’ai souhaité rappeler que ces évènements climatiques peuvent nous toucher directement comme c’est le cas avec les épisodes cévenols. Il n’y a pas de fatalité, nous pouvons agir en mobilisant l’ensemble de la société autour de cet enjeu.

Dans les Cévennes, on sait que « les épisodes extrêmes vont se multiplier »

Source