Présentation des conclusions sur le suivi des mesures d’accompagnement de la fermeture des centrales à charbon


Mercredi dernier, j’ai été auditionné par la Commission des affaires économiques pour présenter les conclusions de mon travail sur le suivi des mesures d’accompagnement des salariés concernés par la fermeture des centrales à charbon.

La loi du 8 novembre 2019 dite « énergie-climat », dont j’ai été rapporteur, a fixé un plafond d’émissions de gaz à effet de serre pour les installations de production d’électricité à partir de combustibles fossiles situées sur le territoire métropolitain, applicable à partir du 1er janvier 2022.

Ce plafond d’émission a eu pour conséquence la fermeture des 4 centrales à charbon situées sur le territoire métropolitain à savoir la centrale de Cordemais (Loire-Atlantique), Le Havre (Seine-Maritime), Saint-Avold (Moselle), Gardanne-Meyreuil (Bouches-du-Rhône). La fermeture de ces sites a également des conséquences sur les places portuaires sur lesquelles transitent le charbon et les entreprises sous-traitantes.

De la circonscription à l’Assemblée, ce suivi s’inscrit dans la prolongation du travail effectué autour de la fermeture, en 2016, de la centrale thermique fioul EDF d’Aramon et des enseignements tirés. Que ce soit pour l’accompagnement des salariés impactés par cette fermeture comme pour les dispositifs de compensation pour les collectivités, cet exemple local a nourri les discussions et réflexions des échanges menés lors de cette mission de suivi.

Source