Réunion de travail sur la rentrée scolaire 2022

Lundi soir dernier, réunion de travail sur la prochaine rentrée scolaire 2022 à Université de Nîmes – UNÎMES avec Mme Sophie Béjean, rectrice de l’Académie de Montpellier, M. Philippe Maheu, Directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen) pour le Gard, et les parlementaires et élus du département.

S’agissant du premier degré, on constate une baisse significative du nombre d’élèves dans l’académie (-2 402 élèves prévus pour la prochaine rentrée), en particulier sur notre département avec -1 120 élèves. Malgré cette baisse, l’éducation nationale prévoit une nouvelle augmentation de 86 moyens d’enseignement sur l’académie (Gard, Hérault, Aude, Lozère, PO) afin de conforter la priorité donnée à l’école primaire (limitation à 24 élèves par classe en grande section/CP/CE1, dédoublement des classes de grande section de maternelle en zone d’éducation prioritaire, renforcement des décharges des directeurs d’école, attention particulière à l’école inclusive…).

Sur le second degré, l’académie bénéficiera de 115 Equivalent Temps Plein (ETP) en moyens d’enseignements supplémentaires, dans un contexte de baisse démographique. Les priorités du rectorat sont, notamment, de renforcer l’offre de formation éducative, l’enseignement des valeurs de la république (accentuation de l’enseignement moral et civique), ainsi que la mixité sociale (ouverture de sections internationales dans les zones les plus défavorisées)…

Enfin, une attention particulière est portée sur l’inclusion scolaire et l’accompagnement des élèves en situation de handicap, avec notamment 520 nouveaux recrutements d’AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap) pour les rentrées 2020 et 2021 et 11 nouvelles ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire), portant ainsi à 87 nouvelles ULIS depuis 2017, pour un total de 420 unités qui bénéficient à près de 5200 élèves.

Des moyens humains dans un contexte sanitaire difficile avec la forte prédominance du virus de la Covid-19 (avec un taux d’incidence de plus de 3 000 cette semaine encore) qui impacte le fonctionnement normal des classes, de l’enseignement et des établissements.

J’ai rappelé, au cours de cette réunion, que si des ajustements étaient nécessaires au regard de la baisse du nombre d’élèves, il était important de trouver un équilibre et une équité par rapport aux territoires et à leurs spécificités géographique (ruralité), sociale, sociétales et de prendre en considération les dynamiques municipales en terme d’urbanisme.



Source