Cérémonie de la Sainte-Barbe du Centre de Secours de Bagnols-sur-Cèze

Vendredi soir, je participais à la traditionnelle cérémonie de la Sainte-Barbe du Centre de Secours Principal de Bagnols-sur-Cèze, avec la participation de nombreux élus, maires et conseillers départementaux.

Une cérémonie un peu particulière, compte tenu des conditions sanitaires préoccupantes, dans le lieu atypique du Mas de So, où distinctions et grades ont été remis aux sapeurs-pompiers professionnels et volontaires du centre.

Ce fût l’occasion de souligner les avancées notables de la loi visant à consolider notre système de sécurité civile et à valoriser l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires ou loi « Matras » , votée à l’unanimité le 25 novembre dernier.

Cette loi porte deux grandes ambitions : renforcer notre modèle de sécurité civile et accorder aux sapeurs-pompiers professionnels et volontaires, toute la reconnaissance et le crédit qu’ils méritent. Au regard du courage que requiert leur mission et de la difficulté croissante de l’exercer, il était urgent et nécessaire d’adapter le droit aux réalités de terrain que rencontrent les sapeurs-pompiers.

Ainsi, il est désormais prévu, entre autres :

  • Une clarification des missions des services d’incendie et de secours en introduisant la notion de secours et soins d’urgence pour les sapeurs-pompiers.
  • Une définition de la carence ambulancière et un régime l’organisant afin d’obtenir une meilleure répartition des flux et de la charge des interventions d’urgence, tout en respectant la compétence des médecins régulateurs.
  • L’obligation de réaliser un plan communal de sauvegarde est élargie à de nouveaux risques.
  • La création du statut de pupille de la République afin d’aller plus loin dans la reconnaissance de l’État pour les sapeurs-pompiers en marins-pompiers décédés dans l’accomplissement de leurs fonctions.
  • L’abaissement du seuil d’éligibilité de la nouvelle prestation de fidélisation de reconnaissance (NPFR)
  • L’expérimentation d’une plateforme unique d’appels d’urgence, pour une durée de 2 ans.
  • La création des réserves de sécurité civile dans chaque département servant de force de soutien pour les interventions lors de crises majeures.
  • L’aggravation des sanctions pour le délit d’outrage commis contre un sapeur-pompier ou un marin-pompier.
  • La possibilité pour l’ensemble des services d’incendie et de secours qui le souhaitent d’équiper leurs effectifs en caméras piétons.

Des mesures nécessaires, attendues et enfin mises en place!



Source