Mission d’information prix de l’énergie : UFC que choisir, CLCV et le Médiateur

Mercredi dernier, entretien avec les représentants des consommateurs (UFC que choisir, CLCV et le Médiateur dans le cadre du cycle d’auditions sur l’impact de la hausse des prix de l’énergie.

À titre d’exemple, sous les effets conjugués de la crise sanitaire et de la hausse des prix de l’énergie, le médiateur national de l’énergie a été plus souvent sollicité par des consommateurs qui lui demandent des conseils et de l’aide pour payer leurs factures, des informations sur le fonctionnement du marché et les offres des différents fournisseurs d’électricité et de gaz naturel, voire une médiation pour régler à l’amiable les litiges qu’ils peuvent rencontrer.

La hausse des prix place également les fournisseurs d’énergie dans une situation inconfortable, non seulement les plus fragiles d’entre eux, mais également certains acteurs plus importants. Au 8 novembre 2021, seuls 23 fournisseurs d’électricité et 12 fournisseurs de gaz naturel continuent à accepter de nouveaux clients. Certains sont mêmes en sérieuses difficultés. Il y avait une quarantaine de fournisseurs actifs il y a quelques semaines.

Pour faire face à ces hausses, le Gouvernement a décidé 4 mesures :

  • L’octroi d’un chèque énergie supplémentaire de 100 euros aux 6 millions de ménages aux revenus les plus modestes. Il s’ajoute au chèque versé au printemps 2021 et à celui du printemps 2022 (d’un montant moyen de 150 euros).
  • Le gel des tarifs réglementés du Gaz. Ainsi, jusqu’en juin 2022, le tarif réglementé du gaz ne dépassera jamais le tarif d’octobre 2021.
  • La limitation de la hausse du tarif réglementé de l’électricité à 4% début 2022.
  • Le versement d’une indemnité inflation exceptionnelle d’un montant de 100 euros qui sera versée aux Français gagnant moins de 2000 euros net par mois, soit 38 millions de personnes, afin de les aider à faire face à la hausse des prix, notamment du carburant.

Ces mesures permettent ainsi de préserver le pouvoir d’achat de nos concitoyens face à des prix de l’énergie qui continue d’augmenter. À titre d’exemple, sans gel, les prix du gaz aurait dû augmenter de 20% au mois de novembre.

Source