Mission d’information prix de l’énergie : Institut Jacques Delors

Cette semaine, je débutais un cycle d’auditions sur l’impact de la hausse des prix de l’énergie en France en Europe. La Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale m’a confié le travail d’analyser les causes de la crise énergétique que traverse notre continent, de mesurer les impacts pour les consommateurs, entreprises et fournisseurs, et de faire une série de propositions pour anticiper les effets d’une éventuelle nouvelle flambée des prix de l’énergie.

À ce titre, j’ai auditionné l’Institut Jacques Delors qui a publié une note très intéressante sur le sujet « La Flambée des prix de l’énergie en Europe : Comment surmonter cette crise des énergies fossiles ? ». Le constat de départ est bien celui-ci, il s’agit d’une crise des énergies fossiles !

Pour l’Institut Jacques Delors, les hausses successives de ces derniers mois résultant d’un contexte exception dû à la conjonction de facteurs à la fois structurels et conjoncturel :

  • À l’approche de l’hiver, les stockages européens de gaz doivent être remplis. Or, leurs niveaux au printemps étaient déjà très bas en raison d’un hiver 2020-2021 particulièrement froid et long en Europe. Un hiver sévère en Asie a également eu pour conséquence de diminuer l’offre mondiale de GNL et de favoriser le recours aux stockages européens pour satisfaire la demande ;
  • La demande asiatique en GNL (gaz naturel liquéfiée) demeure très élevée depuis plusieurs mois, ce qui limite les arrivées des méthaniers en Europe.
  • La Norvège et la Russie, les principaux fournisseurs de gaz en France ne sont pas en mesure d’augmenter leurs exportations pour répondre à la demande.
  • La hausse des prix du marché européen du carbone a engendré une augmentation de la production électrique à base de gaz de l’ordre de 3,4% au détriment du charbon.

Cette conjonction de facteurs explique ainsi la hausse des prix du gaz sur les marchés européen depuis plusieurs mois.

Source