Echanges avec la coordination des mouvements harkis du département du Gard

Mardi, j’échangeais avec la coordination des mouvements harkis du Département du Gard (C.M.H.D.G.) au sein de ma permanence au sujet du projet de loi actuellement en examen en 1ère lecture à l’Assemblée nationale et des souhaits émis par l’association que ce soit pour la reconnaissance, le devoir de mémoire, la revalorisation des pensions, la formation et l’emploi, le logement…
Le texte de loi vise, selon les propos du Président de la République le 20 septembre dernier, «à inscrire dans le marbre de nos lois la reconnaissance et la réparation à l’égard des Harkis» et plus précisément la reconnaissance des responsabilités du fait des conditions indignes de l’accueil sur son territoire après les accords d’Evian, au sein de structures où ils ont été soumis à des conditions de vie particulièrement précaires ainsi qu’à des privations et des atteintes aux libertés individuelles. Les principaux points portés par le projet de loi vont vers des mesures essentielle de reconnaissance et de réparation.
Afin de permettre le financement en 2022 de l’ensemble des futures mesures du PJL «Harkis», l’Assemblée nationale a adopté en 1ère lecture un amendement du Gouvernement au sein du du projet de loi de finances 2022 dotant le programme de la mission «Anciens combattants» de 50 M€ supplémentaires. A noter que le coût total des réparations est évalué à 302M€.
Outre ce projet de loi de reconnaissance et de réparation, nous avons évoqué le projet de mémoriel de Saint-Maurice l’Ardoise pour lequel le comité de pilotage s’est dernièrement réuni en mairie de Saint-Laurent-des-Arbres et déplacé sur le mémorial de Rivesaltes. Un projet qui prend corps et qui avance, avec prochainement un travail autour de la définition d’un cahier des charges.

Source