Harkis : mémoriel de Saint-Maurice l’Ardoise


Soixante ans après la fin de la guerre d’Algérie, la France a fait un pas important vers la reconnaissance de sa responsabilité dans la souffrance des harkis en présentant des excuses officielles.

J’accueille les propos du Président de la République lors de l’hommage aux harkis avec une profonde satisfaction, en particulier au regard de l’histoire de notre territoire du Gard et du Camp de Saint-Maurice l’Ardoise à Saint-Laurent-des-Arbres. Par ses mots de pardon, Emmanuel Macron reconnait les manquements de La France à ses valeurs et à ses devoirs envers les harkis et leur famille.

Il ouvre ainsi une nouvelle étape pour la mémoire et la réparation des harkis. Un projet de loi de « reconnaissance et de réparation » à l’égard des harkis sera prochainement débattu et j’en prendrai part afin que ce texte puisse répondre aux attentes des harkis et de leurs familles, notamment par la mise en place une commission nationale – adossée au service de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre – qui supervisera le processus de recueil de témoignages et de réparation des anciens combattants, de leurs veuves, de leurs enfants et petits-enfants.

Cette annonce s’ajoute aux 40 millions d’euros débloqués en 2018 sur 4 ans dans le cadre du « plan harkis » national et, plus localement, au travail initié avec l’agglomération du gard rhodanien, les élus de Laudun l’ardoise et saint Laurent ainsi que les représentants de la communauté harkis sur l’espace mémoriel à Saint-Maurice l’Ardoise.

Je poursuivrai le travail sur l’espace mémorial avec l’agglomération du gard rhodanien, les élus de Laudun l’ardoise et saint Laurent ainsi que les représentants de la communauté harkis.

Harkis : mémoriel de Saint-Maurice l’Ardoise

Harkis : mémoriel de Saint-Maurice l’Ardoise – Anthony Cellier

Source