Leader Occitanie : projet « Stratégie Globale »


Semaine dernière, j’intervenais à la réunion proposée par Leader Occitanie et son président, Julien Feja, autour du projet « Stratégie Globale ». Aujourd’hui, on constate que la stratégie de l’entreprise ne repose plus uniquement sur l’aspect financier mais s’inscrit dans une vision globale, prenant en compte les enjeux environnementaux et sociétaux dans le but de maitriser leurs risques et de créer de l’innovation.

A ce titre, j’ai rappelé que dans loi énergie-climat, adoptée en 2019, j’ai souhaité introduire, dès l’article premier, « l’urgence écologique et climatique », fixer à horizon 2050 la « neutralité carbone » de la France et fixer aussi des objectifs ambitieux de réduction d’émission de gaz à effet de serre avec une baisse de 40% de la consommation d’énergies fossiles d’ici à 2030. J’ai travaillé sur la fin des aides d’Etat (garanties export) sur les infrastructures carbonées ainsi que la fermeture des dernières centrales à charbon en 2022.

Mais, au-delà de cette loi, il est primordial que les entreprises, toutes les entreprises, pme/pmi comme grands groupes, s’emparent de cet engagement, et qu’elles prennent conscience de l’impératif environnemental auquel nos modèles économiques vont être confrontés et l’urgence dans laquelle nous sommes.

Indicateur notable, l’expression de la société, où le consommateur ou plutôt le consomme acteur dont les exigences en matières environnementales et éthiques vont grandissantes. Le consommateur demande d’ailleurs des indicateurs pour s’y retrouver dans ses choix, c’est pour cela que nous avons instauré l’indice de réparabilité ou le climat score pour les vêtements

Autre indicateur, plus macro-économique, le projet de taxe carbone aux frontières qui s’intègre dans le cadre, à la fois de la nouvelle stratégie commerciale Européenne, une politique commerciale ouverte, durable et volontaire, et du « Green Deal » (« pacte vert »), visant à faire de l’Europe, d’ici à 2050, le « premier continent neutre en carbone ».

Ainsi, l’impact environnemental de notre économie va devenir un critère de compétitivité majeur et je suis convaincu que les entreprises les plus décarbonées seront les plus compétitives sur les marchés de demain et, en la matière, les entreprises Françaises bénéficient d’un atout considérable, celui d’avoir accès à une énergie électrique bas carbone.

Très heureux que des chefs d’entreprises, au travers de Leader, s’emparent de ce sujet et s’inscrivent dans une démarche pour mettre en place des solutions pour améliorer leur impact environnemental et sociétal.


Source