ComEco : proposition de résolution européenne relative à la reconnaissance d’une « exception énergétique »



Mercredi matin, nous examinions, en commission des affaires économiques, la proposition de résolution européenne relative à la reconnaissance d’une « exception énergétique » au sein de l’Union européenne, présentée par le groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine (GDR). J’ai porté la voix du groupe majoritaire sur ce textant en expliquant pourquoi nous étions contre ce projet qui prône la sortit de « l’énergie » des traités européens.

La politique européenne de l’énergie se caractérise par la mise en œuvre d’un marché commun de l’énergie, ayant pour objectif de garantir la liberté de choix pour le consommateur et la liberté d’établissement au sein de l’Union européenne pour le fournisseur.

Je considère que la réalisation de ce marché intérieur de l’énergie se fait dans l’intérêt des citoyens européens. Elle permet la sécurisation de l’approvisionnement énergétique dans l’union, la protection des consommateurs et la promotion d’un mix énergétique plus vert. Sortir la France de ce système énergétique européen, comme le souhaite le groupe GDR, pourrait mettre en péril l’ensemble de ces avantages.

L’énergie n’est pas un bien de consommation banalisé. Il donc nécessaire, de conserver à l’échelle nationale, un service public de l’énergie qui nous permet, à tous, de bénéficier d’une énergie disponible 24h/24 sur l’ensemble du territoire, de bénéficier d’une garantie d’être raccordé dans les meilleurs délais même lors d’évènements climatiques intenses, de bénéficier d’une énergie à coût maitrisé et enfin de bénéficier d’une énergie électrique bas carbone grâce notamment à notre parc électronucléaire, nos barrages hydroélectriques et les installations d’énergies renouvelables.


Source