Château de Bosc : vins de garde sans sulfites

Lundi toujours, je me suis rendu sur le Domaine du Château de Bosc, à Domazan, afin d’échanger avec M. Guillaume Reynaud, viticulteur, suite à une rencontre avec son père, M. Claude Reynaud, à ma permanence.

Une discussion autour du travail que ce viticulteur effectue depuis plusieurs années afin de créer des vins sans sulfites de garde.
C’est désormais une réalité avec un recul de près de 10 ans sur ses vins, élaborés sans procédés chimiques pour en garder toutes les qualités organoleptiques, tout en les conservant au fil du temps.
Un travail qui débute sur la vigne et qui se termine à la bouteille, selon des procédés naturels pour un vin exempt de toute trace de sulfites et de défauts.

Au cours de la discussion autour de la vinification, nous avons évoqué la difficulté pour un inventeur tel que lui à protéger sa découverte et les procédés qui permettent la réalisation d’un tel vin. Il s’agit de permettre de breveter une « recette », un mode opératoire bien particulier. Le cadre législatif a récemment évolué, par la loi PACTE (pour la croissance et la transformation des entreprises), qui permet plus de souplesse au niveau des brevets et des enveloppes Soleau, visant ainsi, de manière générale, à une plus grande sécurité juridique.

La viticulture demeure un métier de passion et de passionnés mais qui offre un champ d’expérimentation et d’innovation important, Guillaume Reynaud en est l’exemple.



Source