Martine Garofalo, une propriétaire à la porte de chez elle

Ce lundi, je me rendais à la Mairie de Rochefort du Gard afin d’effectuer une réunion avec Mme Monique Garofalo, M. le maire de la commune, le représentant de la préfecture (Préfet du Gard), le représentant du sénateur Laurent Burgoa et mon collègue parlementaire de l’Hérault, Partick Vignal.
Un échange afin de trouver des axes de réflexion et des pistes de solution face à la situation ubuesque que traverse cette propriétaire mise « à la porte » de chez elle par un locataire peu respectueux de la règlementation et de ses devoirs.

Si Mme Garofalo, suite à une décision de justice récente, a pu reprendre possession de la partie haute de son habitation, jusqu’alors occupée illégalement par ce locataire, il n’en demeure pas moins qu’elle peut toujours pas profiter de son bien pleinement.

En effet, l’expulsion ne pourra se faire qu’à partir de la fin de la trêve hivernale, à partir du 1er avril.

Cette situation n’est pas tolérable pour cette propriétaire, privée de son bien. Aussi, en plus d’accompagner Mme Garofalo dans ses démarches, j’ai décidé de porter une tribune en ce sens, afin que, collectivement, nous nous emparions de ce sujet sensible pour protéger à la fois le locataire mais aussi le propriétaire sur cette trêve hivernale.

Un dossier sur lequel je suis particulièrement sensibilisé et mobilisé.
La situation et la médiatisation a suscité beaucoup d’émotions, de solidarité, avec ceux qui se sont proposés pour aider à nettoyer maison comme jardin, et de réactions parfois vives.

Si je comprends l’indignation que soulève cette situation, il est de notre devoir, nous élus, de rappeler que notre République est régie par des lois et une justice, indépendante. Aussi, j’en appelle à la responsabilité de chacun concernant des initiatives personnelles qui pourraient être répréhensibles.


Source