Intervention sur la fin des garanties publiques pour les projets pétroliers et gaziers

Hier soir, la France est devenue le premier pays à prévoir une trajectoire progressive de cessation de ses financements exports publics pour les projets pétroliers et gaziers !

Cette trajectoire complète les avancées que nous avons voté l’année dernière sur la fin des garanties publiques pour le charbon, la fracturation hydraulique et le torchage de routine du gaz.
Dans la continuité, la mesure votée hier prévoit que, dès le 1er janvier 2021, l’État n’octroiera plus de garanties export pour des projets d’exploitation de pétroles extra-lourds, et d’hydrocarbures dits « non conventionnels ». À partir de 2025, cette exclusion sera étendue aux projets d’exploitation de nouveaux gisements pétroliers. Enfin, les exportateurs français se positionnant sur de nouveaux projets d’exploitation gazière cesseront d’être éligibles au soutien export public d’ici 2035 au plus tard.
Cette trajectoire permet d’envoyer un signal fort aux industriels et aux banques que les financements au secteur pétrolier et gazier vont cesser tout en ménageant une période de transition pour ces entreprises.

En devenant le premier pays à inscrire dans la loi une cessation progressive des financements exports publics pour les projets pétroliers et gaziers, la France envoie un message fort à la communauté internationale.
Oui la France s’engage ! A nous désormais de créer un effet d’entraînement pour associer l’ensemble de nos partenaires européens à cette démarche.


Source