Vidéo : Commémoration du 11 novembre – Remoulins


Retrouvez en vidéo ma prise de parole lors des commémorations de l’armistice du 11 novembre, à la Ville de Remoulins.

Monsieur Le Maire, Cher Nicolas,
Mesdames et Messieurs les membres du Conseil municipal,
Chers enfants du Conseil Municipal,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires,
Mesdames, Messieurs, Chers amis,
Par notre présence à cette commémoration, nous célébrons la fin d’une période sombre de notre récit commun, nous portons ce devoir de mémoire auprès des plus jeunes.
Nous faisons le choix de nous souvenir que, durant cette grande Guerre, le pays, la Nation, a fait face, a fait corps, s’est unie face à l’ennemi, a combattu, résisté, jusqu’à vaincre et amener l’adversaire à signer l’Armistice.
Nous faisons le choix de nous souvenir, que pendant 4 années de combat, notre pays a fait preuve de volonté d’abnégation et de résilience, comme à chaque fois où il a eu à affronter des épreuves qu’on aurait pu croire insurmontables.
Nous faisons le choix de nous souvenir, que, pendant 4 années de combat, l’homme a fait la démonstration de son implacable cruauté, de sa capacité à inventer, fabriquer, produire à l’échelle industrielle, des armes de fer et de feu, de gaz et de chimie, qui ont arraché à des familles entières, un père, un frère, un fils…Une Grande Guerre dont on jurait qu’elle ne se reproduirait plus…
Aujourd’hui, tout cela peut nous paraitre lointain, effacé, patiné de l’empreinte laissée par le temps. On pourrait se dire, dans le confort de notre modernité, à l’abri des équilibres géopolitiques, que l’Europe et la France seraient préservées d’une quelconque menace.
Mais, malheureusement, il n’en n’est rien.
Ce qui fait notre nation, ce pourquoi des Françaises et des Français sont tombés au champ d’honneur comme sur des barricades, dans une salle de concert comme devant un collège, tombés à cause de ce qu’ils incarnaient, représentaient, défendaient, des valeurs qui sont, dans l’esprit des Lumières, le fondement de notre République, est encore et toujours défié, menacé, attaqué.
Dans l’article « Fanatisme » du Dictionnaire Philosophique, Voltaire nous interroge par ces mots :« Les lois sont encore très impuissantes contre ces accès de rage ; c’est comme si vous lisiez un arrêt du conseil à un frénétique. Ces gens-là sont persuadés que l’esprit saint qui les pénètre est au-dessus des lois, que leur enthousiasme est la seule loi qu’ils doivent entendre.
Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? »
Face à ces fanatiques barbares, la France doit faire ce qu’elle a toujours su faire …
Faire face à l’adversité, s’appuyer sur ces forces inébranlables que représentent la résilience et la volonté, continuer, inlassablement de susciter la curiosité, de nourrir l’esprit critique, de faire de nos enfants des citoyens de la République, d’éveiller les consciences par l’éducation, par le débat, par la bienveillante contradiction et le respect de l’autre, de puiser dans ce que la France a de plus beau dans ses arts et dans ses lettres pour faire vivre rayonner et partager les valeurs qui sont les nôtres.
Et bien évidement se souvenir et honorer nos morts.
C’est ce que fait notre Président, aujourd’hui, en faisant rentrer au Panthéon, un grand témoin de la première guerre mondiale, un poilu, un homme de lettres que fût Maurice Genevoix.
C’est ce que nous faisons aujourd’hui, au travers de cette cérémonie qui se tient dans un contexte tout à fait particulier.
La France vit un moment difficile, nous privant de certaines de nos libertés. Là encore, restons solidaires, unis, faisons nation.
Car la Nation est ce qui nous unit, ce qui nous rend plus fort.
N’oublions jamais que la paix est toujours une victoire collective.
Vive la République,
Vive la France.


Source