Point Coronavirus / Covid-19 du 2 mai 2020

Sommaire

  1. Point national, régional et départemental
  2. Carte de la situation sanitaire par département
  3. Points d’accompagnement dédiés aux femmes victimes de violences conjugales
  4. Foire aux questions Covid-19 pour les personnes en situation de handicap (MAJ)
  5. Encadrement des prix des masques de type chirurgical et enquêtes sur les masques grand public
  6. Travail des Français frontaliers
  7. Dispositif de soutien aux Français de l’étranger
  8. Guides des organisations professionnelles
  9. Nation apprenante : révisez avec RFI et France24 !

1 – Point national, régional et départemental

 en France : 130 979 cas confirmés (↗️+794), 25 827 hospitalisations (↘️-60) (dont 3 827 en réanimation (↘️-51)), 24 760 décès (hôpitaux+Ehpad).

 en Occitanie : 6 996 cas confirmés (↗️+92), 602 hospitalisations (↘️-10) (dont 134 en réanimation (↘️-5)), 410 décès (+16).

 dans le Gard : 129 hospitalisations (↘️-3), dont 26 en réanimation (↘️-2), 61 décès.

2 – Carte de la situation sanitaire par département

 Comme annoncé par le Premier ministre le 28 avril, le Gouvernement met à disposition des cartes constituées grâce aux données recueillies depuis le début de l’épidémie ; elles permettent de suivre l’évolution de l’épidémie de Covid-19 par département et son impact sur le système de santé. Elles sont mises à disposition sur le site Data.gouv.fr.

 Les cartes de la situation sanitaire par département reflètent à ce jour deux choses :
▪️la pression épidémique (c’est-à-dire le reflet du nombre de personnes qui développent une infection par territoire) ;
▪️le niveau de saturation des capacités sanitaires (c’est-à-dire le nombre de lits de réanimation occupés par des patients atteints du Covid-19 sur le nombre de lit total de réanimation dans un territoire),

 Une troisième carte représente une synthèse des deux autres et permet de mesurer l’intensité de l’épidémie.

 Ces données seront actualisées d’ici au 7 mai.
Elles donnent une première indication de la situation dans chaque territoire et ne sont que des indicateurs parmi d’autres pour guider les décisions.

 À partir du 7 mai, le Gouvernement ne retiendra que deux niveaux d’analyse (vert et rouge) pour guider les adaptations de sortie du confinement.

 C’est à partir d’une synthèse de différents indicateurs dont une partie sont représentés par ces cartes présentées que nous pourrons déterminer les territoires les moins à risque dans le cadre de la sortie du confinement le 11 mai prochain.

🗣 Notre département est en vert. Cela doit rester, pour nous tous, synonyme de vigilance et certainement pas de relâchement. Nous possédons individuellement une partie de la réponse au profit du collectif.

3 – Points d’accompagnement dédiés aux femmes victimes de violences conjugales

 Le confinement lié à la pandémie du Covid-19 peut exacerber les violences conjugales. Afin de lutter contre ce fléau, le gouvernement est pleinement mobilisé pour protéger les femmes qui en sont victimes.

 Depuis le début du confinement, des points d’accompagnement dédiés aux femmes victimes de violences conjugales ont ouvert dans des centres commerciaux partout en France.

 Dans la circonscription, des actions d’information (affichage des numéros d’urgence, impression sur les tickets de caisse) ont été mises en place au Leclerc des Angles et à l’Intermarché de Bagnols-sur-Cèze.

👉 Pour retrouver toutes les informations : https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/points-daccompag…/

🔴 En cas d’urgence, 24h/24 et 7j/7 :
📞 Appelez le 17 ou
📱Envoyez un SMS au 114

🔴 Pour recevoir de l’aide, appelez le 3919 ou rendez-vous sur la plateforme de signalement 👉 https://arretonslesviolences.gouv.fr/

4 –  Foire aux questions Covid-19 pour les personnes en situation de handicap (MAJ)

 Sous-rubrique « Sorties » : des précisions concernant les dérogations pour les personnes handicapées ou atteintes de maladies neurodégénératives aux conditions de sortie pendant le confinement.

 Sous-rubrique « Je dois m’arrêter de travailler pour garder mon enfant » : une allocation de remplacement peut être versée aux exploitants agricoles qui, en raison de l’épidémie de Covid-19, sont dans l’obligation de rester à domicile parce qu’ils doivent garder un enfant âgé de moins de 18 ans en situation de handicap.

 Accessible à l’adresse 👉 https://handicap.gouv.fr/…/coro…/article/foire-aux-questions

5 – Encadrement des prix des masques de type chirurgical et enquêtes sur les masques grand public

À la demande d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, la DGCCRF lancera dans les prochains jours plusieurs enquêtes sur le territoire national et Internet pour garantir à chacun un accès à des masques de qualité à des prix raisonnables.

Des enquêtes menées par la DGCCRF

À la demande d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, la DGCCRF lancera dans les prochains jours plusieurs enquêtes sur le territoire national et Internet pour garantir à chacun un accès à des masques de qualité à des prix raisonnables.

 Des enquêtes menées par la DGCCRF

▪️S’agissant de la qualité des masques « grand public », c’est-à-dire des masques textiles à filtration garantie et pour la plupart lavables et réutilisables plusieurs fois, des enquêtes seront menées chez les fabricants et importateurs de ces masques, ainsi que dans la distribution.

▪️Ces enquêtes auront notamment pour objet de vérifier que ces produits ont bien fait l’objet des tests probants quant à leurs performances de filtration et qu’ils sont accompagnés des informations nécessaires à la bonne information des consommateurs (indication de la garantie des propriétés de filtration du masque, apposition du logo précisant le nombre de lavages possibles, fourniture d’une notice d’utilisation). Ce dispositif vise également à s’assurer de la véracité des allégations associées aux masques vendus au grand public.

 Règlementation des prix des masques à usage unique

▪️Les masques à usage unique (de type chirurgical) sont en effet fabriqués de façon standardisée, comme le sont les gels hydro-alcooliques, ce qui facilite la fixation de leur prix et leur contrôle. En revanche, les masques « grand public » en tissu se prêtent mal à ce type de régulation. Ces derniers peuvent en effet répondre à des spécifications diverses, notamment en termes de nombre de lavages et donc de réutilisations, à une grande variété de tissus utilisés et à une hétérogénéité de leurs modes et donc de leurs coûts de fabrication (fabrication française ou étrangère, artisanat ou industrie, produit grand public ou création couture).

▪️Le prix maximum de vente aux consommateurs des masques à usage unique (de type chirurgical) est donc fixé à 95 centimes d’euros toutes taxes comprises, l’unité (soit 47,50 euros la boîte de 50 masques). Il s’agit d’un prix plafond que la DGCCRF contrôlera pour s’assurer qu’il ne soit pas dépassé. Le Gouvernement s’assurera par ailleurs que le niveau des marges reste contenu dans les différents circuits de distribution.

 Suivi des prix des masques grand public

▪️Parallèlement, les prix des masques grand public seront suivis pour s’assurer qu’il n’existe pas de hausses injustifiées qui pénaliseraient les consommateurs. Cette surveillance s’exercera au travers de relevés de prix, effectués dans les différents circuits de distribution, y compris en ligne, et d’un suivi des signalements des consommateurs ou des associations de consommateurs associées à cette démarche grâce à la plateforme SignalConso.

▪️À partir des relevés effectués, la DGCCRF communiquera régulièrement sur des fourchettes de prix pratiqués dans les réseaux de distribution sur les masques « grand public » afin de fournir de façon transparente aux consommateurs une information sur les prix habituels de ces produits leur permettant de faire des choix éclairés.

▪️Si ces relevés des prix mettaient en évidence des abus manifestes, notamment des marges excessives de certains acteurs, des actions complémentaires seront décidées. En tout état de cause, ces derniers seront particulièrement vigilants aux offres proposées pour les masques « grand public », l’objectif étant qu’une offre abondante de masques lavables et réutilisables à filtration garantie soient mise à disposition du public à un coût de l’ordre de 20 à 30 centimes d’euros à l’usage, pour des produits visant essentiellement la qualité de filtration.

 Mobilisation de la DGCCRF

▪️Ces enquêtes s’inscrivent de manière plus large dans le cadre des actions menées depuis le début du mois de mars par la DGCCRF afin de lutter contre la multiplication des arnaques de toute nature, en particulier sur Internet, en lien avec l’épidémie de coronavirus COVID-19. Au cours de ces dernières semaines, la DGCCRF, qui a initié une « task force » interministérielle anti-arnaques COVID-19 avec les autres services d’enquête de l’Etat, a ainsi déréférencé plusieurs dizaines de milliers d’annonces en ligne et fermé une centaine de sites.

▪️La plateforme SignalConso, où les consommateurs peuvent signaler les manquements aux autorités de contrôles, a par ailleurs recueilli près de 1 200 signalements concernant des abus liés au COVID-19 qui ont fait l’objet d’investigations par la DGCCRF.

6 – Travail des Français frontaliers

 Le plan de déconfinement prévoit de limiter les déplacements inter-régionaux et inter-departementaux et de ne permettre les déplacements de 100km ou plus qu’en cas de motifs professionnels ou pour raison familiale impérieuse. Cet impératif concernera tous nos concitoyens.

 Les Français frontaliers de nos partenaires européens qui travaillent dans ces pays pourront donc bien sûr se rendre à leur travail comme les Français qui iraient travailler dans un département limitrophe. Par ailleurs le contrôle aux frontières intérieures reste en place.

7 – Dispositif de soutien aux Français de l’étranger

Conformément à la demande du Président de la République, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, en lien étroit avec le ministère de l’Action et des comptes publics, engage à présent tous les moyens nécessaires pour assurer à nos compatriotes qui résident à l’étranger un soutien sanitaire, social et éducatif à la hauteur des difficultés engendrées par la pandémie de Covid-19.

 Ainsi, partout où la situation l’exige, un dispositif médical spécifique est en train d’être déployé pour suivre et conseiller nos compatriotes vulnérables dans leur pays de résidence. Ce dispositif médical repose notamment sur des mécanismes de télésuivi et de téléconsultation, ainsi que sur la disponibilité de médicaments et d’oxygène et, en dernier ressort, pour nos compatriotes qui seraient en situation de détresse sanitaire, sur une solution d’évacuation sanitaire. 20 millions d’euros sont mobilisés pour les deux premiers mois de ce dispositif sanitaire, qui sera maintenu tant que l’évolution de la pandémie le justifiera.

 Le ralentissement économique mondial frappe directement nombre de nos compatriotes, en particulier ceux qui résident dans des pays dont les infrastructures socio-médicales n’assurent pas un filet de sécurité suffisant. Les demandes d’aides d’urgence transmises par nos ambassades et consulats, par les associations et par les centres médicaux sociaux ont déjà fortement augmenté depuis le début de la crise. Afin de répondre aux besoins accrus des plus démunis de nos compatriotes, qui ne disposent d’aucune aide de la part de leur Etat de résidence, des assureurs ou des structures locales, des moyens supplémentaires pour l’enveloppe d’aides sociales à disposition des ambassades et consulats seront mobilisés à hauteur de 50 millions d’euros.

 Les établissements du réseau de l’enseignement français à l’étranger, dont l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) est l’opérateur, ont mis en place des dispositifs de continuité pédagogique permettant à nos compatriotes à l’étranger de bénéficier de services éducatifs de qualité malgré la fermeture physique des établissements. Les effets du ralentissement économique sont cependant susceptibles d’affecter la capacité de certains de nos compatriotes à faire face aux frais d’accès au réseau de l’enseignement français à l’étranger.

 Aussi, pour aider les ressortissants français dont la situation l’exige, l’examen des demandes de bourses scolaires sera prolongé jusqu’au 15 mai. Les conseils consulaires chargés d’examiner les demandes utiliseront des critères dérogatoires pour tenir compte de la situation des parents d’élèves en 2020 afin de prendre en compte en particulier une éventuelle baisse de revenus consécutive à la crise sanitaire. Dans les circonstances qui le justifient, certaines familles déjà boursières pourront de la même manière bénéficier d’une prise en charge accrue. Cela se traduit par une mobilisation renforcée des dispositifs de bourses scolaires, qui est estimée à ce stade à 50 millions d’euros.

 L’AEFE, qui est la colonne vertébrale du réseau d’enseignement français à l’étranger et dont le rôle au service de nos compatriotes comme pour l’influence de la France dans le monde est fondamental, sera également soutenue. A notre demande, l’AEFE viendra en aide dès maintenant de tous les établissements qui en auront besoin, quel que soit leur statut (établissement en gestion directe, établissement conventionné et établissement partenaire) pour le bénéfice de toutes les familles françaises et étrangères. A cette fin, une avance France Trésor sera mobilisée pour remédier aux besoins de trésorerie de l’agence dans les prochains mois, dont l’ordre de grandeur est aujourd’hui estimé à 100 millions d’euros. Ce besoin sera réévalué plus précisément en juin, à la lumière de l’ensemble des mesures à mettre en œuvre pour la sauvegarde du réseau de l’enseignement français à l’étranger. Le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères remettra prochainement un plan d’ensemble au Président de la République à ce sujet. Les parlementaires ont été invités à faire part de leurs propositions : la situation exige, en effet, que nous avancions tous ensemble au service de nos concitoyens.

 Au total, ce sont d’ores et déjà 220 millions d’euros qui vont être mobilisés pour apporter à nos compatriotes qui résident à l’étranger un soutien à la fois sanitaire, éducatif et social et les aider en conséquence à faire face à la crise sanitaire. Ils s’ajoutent aux quelques 20 millions d‘euros déjà mobilisés pour faciliter le retour de nos ressortissants en déplacement temporaire à l’étranger depuis la mi-mars.

8 – Guides des organisations professionnelles

Guides plan de continuité de l’activité économique et bonnes pratiques face au Covid 19 édités par les organisations professionnelles.

 Transports, logistique

 BTP, construction, matériaux

👉 Retrouvez tous les guides sectoriels : https://travail-emploi.gouv.fr/…/fiches-conseils-metiers-et…

9 – Nation apprenante : révisez avec RFI et France24 !

 Engagé toute l’année dans le domaine éducatif, France Médias Monde s’associe, dans le contexte exceptionnel lié à la pandémie de Covid-19, à l’opération « Nation apprenante » initiée par le Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Le groupe propose ainsi de nombreuses ressources produites par ses journalistes répondant à la nécessité de continuité pédagogique, malgré le confinement de la population en France et de plus d’un tiers de l’humanité.

 L’ensemble du site RFI Savoirs rejoint l’opération « Nation apprenante » et vous trouverez dans cette rubrique un catalogue d’émissions de RFI et France 24 pour accompagner les familles et les enseignants dans l’apprentissage de l’histoire, des sciences, de l’économie, des langues vivantes (anglais, espagnol) et l’éducation aux médias. Cette sélection a vocation à s’enrichir progressivement.

 Retrouvez sur le site Savoirs des émissions et dossiers thématiques pour aborder à distance certaines notions du programme de l’école primaire, du collège et du lycée 👉 https://savoirs.rfi.fr/…/nation-apprenante-revisez-avec-rfi…


🔊👏 Comme tous les jours, je vous invite toutes et tous à participer à un joli moment de solidarité et de soutien envers toutes les forces vives mobilisées actuellement pour lutter contre le Covid-19, notamment nos soignants, en les applaudissant à 20h tous les soirs, à vos fenêtres !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter à l’adresse covid19@anthonycellier.fr et via la page https://anthonycellier.fr/index.php/coronavirus-covid-19/

Source