Com Eco : audition Elisabeth Borne et Bruno Le Maire sur plan de soutien de l’État aux entreprises stratégiques et sur les engagements écologiques


🗣 Jeudi, la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale auditionnait Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, sur le plan de soutien de l’État aux entreprises stratégiques et sur les engagements écologiques.

Nous le savons tous, la relance ne doit pas se faire au détriment de la transition écologique, je dirais même de l’accélération écologique. Bien au contraire !

Je déplore les nombreuses initiatives récentes de certains représentants d’entreprises visant à ralentir ou mettre en pause nos engagements climatiques au niveau national comme européen. Je salue la position ferme des ministres sur le sujet.

Nous sommes donc à un moment de bascule, où il nous incombe de faire la démonstration qu’écologie et économie sont intimement liées, en mettant de côté les oppositions stériles, d’où qu’elles viennent.
Depuis le début de la crise, l’État est au rendez-vous pour soutenir toutes nos entreprises, petites comme fleurons industriels. Soutenir nos fleurons, ce n’est pas fermer les yeux sur les problématiques environnementales qui leur sont rattachés. Soutenir nos fleurons, oui, mais sous certaines conditions.

Pour moi, l’éco-conditionnalité doit devenir la norme du soutien de l’État aux entreprises stratégiques en France mais également à l’export, je pense notamment aux garanties de l’État sur lesquelles je travaille depuis plusieurs mois, et même au soutien de l’État à toute entreprise dont l’activité a une externalité négative forte sur l’environnement.
Pour être compétitif et vertueux, il faut de la méthode.
J’intérrogeais ainsi les ministres sur la méthodologie qui pourrait être mise en place pour définir la notion d’éco-conditionnalité et mesurer l’intensité carbone de chaque entreprise.

Élisabeth Borne m’a spécifié que l’Ademe et l’Agence des participations de l’État travaillaient, depuis 2018, à la mise en place d’une méthodologie pour définir les origines des émissions de CO2 des entreprises afin d’évaleur les stratégies climat et vérifier que’elles respectent leur trajectoire. Ces méthodologies se réalisent secteur par secteur.

Bruno Le Maire est revenu sur les garanties de l’État à l’export confirmant que nous travaillions ensemble sur des critères environnementaux pour l’attribution de ces garanties aux entreprises.


Source