Présentation du Plan Pauvreté

Le président de la République, Emmanuel Macron, présentait aujourd’hui le Plan pauvreté doté d’un budget de 8,5 milliards d’euros.

S’il y a bien une mesure à laquelle j’aurais aimé que notre département ne soit pas parmi les 10 premiers éligibles, c’est bien la contractualisation accélérée et renforcée pour la mise en place de la stratégie pauvreté au niveau territorial. Mais le Gard a un des plus forts taux de pauvreté en France et, face à ce terrible constat, nous devons collectivement prendre nos responsabilités et agir, chacun à notre échelle.

Le dispositif n’est pas LA seule et unique solution et je continuerai à travailler avec toute celles et ceux qui le souhaitent.

Même si la France a un des plus faibles taux de pauvreté en Europe, nous ne pouvons accepter qu’il y ait 8,8 millions de Français pauvres. Les précédents plans n’ont pas réussi à endiguer cette pauvreté. Le Président l’a rappelé : « C’est la mobilisation de la nation toute entière qui seule peut réussir ! »

Nous prenons donc 5 engagements avec des mesures phares :

1️⃣ Egalité des chances dès les premiers pas pour rompre avec le déterminisme
➡️ Universalité de l’accès aux crèches, aux assistants maternels et à l’instruction dès 3 ans

2️⃣ Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants
➡️ Adaptation de l’hébergement et du logement pour accueillir dignement les familles avec enfants
➡️ Un petit déjeuner et un repas complet
et équilibré par jour

3️⃣ Un parcours de formation garanti pour tous les jeunes
➡️ Formation obligatoire jusqu’à 18 ans afin que 100% des jeunes soient qualifiés pour démarrer dans la vie active ou poursuivre des études

4️⃣ Vers des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité
➡️ Vers un revenu universel d’activité qui se substitue
au maquis des prestations
➡️ Revalorisation de la prime d’activité

5️⃣ Investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi
➡️ Création d’une « Garantie d’activité » combinant accompagnement social renforcé et insertion dans l’emploi pour 300 000 allocataires par an




Source