Mateo Salvini, Viktor Orban… nationalismes et question migratoire en Europe

Hier, le ministre de l’Intérieur italien d’extrême droite, Mateo Salvini, recevait Viktor Orban, premier ministre ultraconservateur et nationaliste hongrois.
Revenant sur la question migratoire en Europe, les deux nationalistes ont désigné Emmanuel Macron comme leur principal adversaire.

Je suis d’accord avec eux, et j’en suis fier.

Avec, d’un côté, un premier ministre hongrois qui se targue d’avoir chassé quasiment tous les demandeurs d’asile de son pays et, de l’autre, un ministre qui a interdit aux bateaux d’ONG, venant au secours des migrants, d’accoster sur le territoire italien, nous ne pouvons qu’être fiers d’être l’opposant en premier front de ces actes, de ces idées nauséabondes et xénophobes dont ils découlent.

A ceux qui prônent la haine, nous répondons par l’ouverture et le respect de nos valeurs de toujours au sein d’une politique responsable.
A ceux qui voient en l’Union européenne la source de tous les maux, de l’immigration clandestine au chômage en passant par l’effondrement d’un pont, nous leur opposons notre volonté d’une Europe plus forte qui protège et pèse sur la scène internationale.
A ceux qui instillent la peur, plutôt que l’espoir, nous oeuvrons, pour chercher et trouver des réponses à des défis communs sur la sécurité, l’environnement, l’économie, etc.
A ceux qui renoncent à l’Europe, nous réaffirmons notre confiance en la jeunesse française et européenne pour continuer à construire, améliorer, protéger ce bien commun garant de la paix et de la liberté qu’est l’Europe.

Les élections européennes de 2019 seront un événement important pour notre pays et pour l’Europe car aujourd’hui, ce sont bien deux camps qui s’affrontent : les progressistes et les nationalistes.  » Les vents mauvais à nouveau se lèvent « . Face à la montée des populismes nationaux et européens, nous ne céderons rien car  » l’Europe telle que nous la concevons est notre plus bel horizon  » !

Aucun texte alternatif disponible.

Source