Vœux du CEA Marcoule, Orano , Orano Mélox, Socodei et Steris

Jeudi soir, j'étais présent aux vœux du CEA Marcoule, Orano , Orano Mélox, Socodei Centraco et Steris sur le site de Codolet.

L'ensemble des intervenants ont souligné la dynamique du secteur, à l'image du recrutement en hausse depuis 2018.
Philippe Guiberteau, Directeur du centre CEA Marcoule, a, pour sa part, rappelé l'activité du centre sur l'année passée : l'arrivée de nouveaux équipements et d'une phase important de Recherche et Développement sur les combustibles Mox.
Sur ses équipements en cours de déconstruction, il a insisté sur la priorité du CEA , à savoir, la démobilisation du terme source, étape préalable à tout démantèlement. Occasion donc pour revenir sur le travail du robot maestro sur les dissolveurs et la fin prochaine du chantier Diadem d'entreposage.
Enfin, M. Guiberteau a conclu son propos sur les quelques 80 embauches en CDI que le commissariat a effectué sur l'année 2018 pour Marcoule, ainsi que les nombreux CDD qui ont participé aux travaux du site.
Philippe Regnault pour sa part, est revenu sur le projet STEMA, nouveau traitement des effluents liquides par cimentation où les équipes d'Orano apportent leur expertise pour leur client qu'est le CEA. Ici, c'est près de 700 personnes d'Orano qui travaillent sur le site de Marcoule.

Jean-Philippe Madelaine, directeur d'Orano Mélox, est revenu lui aussi sur les 100 recrutements externes réalisés sur l'année écoulée pour renforcer les équipes. Un niveau de recrutement qui sera reconduit sur 2019. Il a tracé la trajectoire de l'usine de production des assemblages Mox avec une volonté d'augmenter la production de manière significative, et ainsi revenir au niveau industriel de référence, notamment vis à vis de leurs clients néerlandais et en collaboration avec le Japon et, prochainement, avec la Chine.
Il a rappelé les quelques 20 millions d'euros investis sur la sécurité des installations, rappelant ainsi que la sûreté et la sécurité est la première des missions au sein d'une installation nucléaire.
Enfin, il a terminé son intervention en rappelant l'implication d'Orano dans le contrat de transition écologique (CTE) du territoire, via le Fab Lab que j'ai eu l'opportunité de visiter dernièrement.

Sur Socodei-Centraco, Eric Villatel est revenu sur les quelques 70000 tonnes de déchets de très faible activité (TFA) incinérés ou fusionnés depuis le démarrage de l'activité de l'entreprise il y a 20 ans.
Ainsi, près de 300 collaborateurs œuvrent au sein de cette entreprise où ils n'étaient que 200 il n'y a pas si longtemps et dont l'activité ne cesse de croître.
En témoigne la trentaine de recrutement effectuée en 2018 et la volonté de faire aussi bien dans ce domaine pour l'année 2019.
Dans l'esprit du CTE et de la valorisation et de l'économie circulaire, l'entreprise a pour objectif de créer 100 tubes de protection radiologiques à partir de métaux issus de la fusion et ainsi réduire la quantité de déchets qui vont sur les sites gérés par l'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs).
Mais le plus gros projet est certainement le lancement du projet So’Gard, une nouvelle installation d’entreposage et de découpe du matériel long (guides de grappe). C'est 60 millions d’euros d’investis et 110 millions d’euros à termes sur l'ensemble d'un projet inscrit dans le CTE, visant, là encore, à réduire les déchets et à valoriser les matériaux issus de la déconstruction.
Signe de l'importance du démantèlement, Socodei va changer de nom pour s'appeler Cyclife France et s'inscrire ainsi dans une ouverture à l'international, avec de nombreux chantiers de déconstruction partout dans le monde.

Steris (Synergy Health Marcoule) enfin, qui fait dans la stérilisation de produits médicaux et l’expérimentation, où Nicolas Cabrière, directeur, à lui aussi souligné la croissance de l'entreprise, avec la création d'un deuxième étage au sein du bâtiment afin de répondre à la demande.
Cette croissance se traduit aussi au niveau du recrutement avec nouvelles 5 personnes sur 2018 et une volonté d'effectuer 3 à 5 recrutements sur 2019 pour faire face à l'augmentation de l'activité.

Notre territoire possède des entreprises dynamiques, certaines emblématiques à l'instar du CEA ou d'EDF, et d'autres plus modestes mais à fort potentiel, telles que Stéris ou bien encore Cisbio Bioassays.
Nous nous devons d'être présent et stimuler notre bassin d'activité qui offre des opportunités en terme d'emplois, à l'image de ces vœux.










Source