Discours de la commémoration de l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940 à Rochefort du Gard


Suite de la commémoration de l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940 à Rochefort du Gard, avec la retranscription de mon discours prononcé à cette occasion :

Il y a 78 ans, le 18 juin 1940 depuis l’Angleterre, sur les ondes de la BBC, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre le combat avec lui.
Par cet appel, par ces mots, ce général alors inconnu, délivre plus qu’un message. Il offre à la France, alors vaincue, une lueur d’espoir, un refus de capituler face à l’ennemi, créant ainsi les bases de la Résistance Française face au nazisme.
Durant quatre ans, sans jamais faillir, l’homme du 18 juin délivra la France de son propre abandon et incarna, à travers tous les territoires français et à travers le monde, l’âme d’une France qui ne renonce pas,
D’une France qui ne plie pas,
D’une France au combat.
Au-delà de l’histoire de notre pays,
Au-delà du devoir de mémoire dû à nos aînés comme à notre jeunesse,
C’est la résistance face à l’obscurantisme, au rejet de l’autre, au repli sur soi, et à la barbarie que nous commémorons aujourd’hui.
Tous ces maux que l’on croyait éloignés à jamais, et qui, tel un cancer que l’on croyait vaincu, reviennent nous hanter.
Des nationalismes renaissent et accèdent à des postes clés au cœur même de l’Europe.
L’isolationnisme, le protectionnisme qui touchent même de grandes puissances, ne sont pas les bonnes réponses face aux défis auxquels nous devons faire face : crise migratoire, pauvreté, terrorisme, réchauffement climatique.
Mais l’Europe, telle que nous la connaissons et telle qu’elle est née au sortir de la deuxième guerre mondiale a toute sa légitimité pour porter notre voix et notre volonté d’avancer vers plus de solidarité et plus de paix.
« L’Europe est perfectible, nous le savons » comme l’a rappelé le Président de la République.
Nous avons parfois du mal à la comprendre, et des réformes doivent être entreprises mais la construction européenne est un processus long, en perpétuel mouvement dans lequel les équilibres de chaque pays doivent être respectés.
Les prochaines élections européennes seront déterminantes pour dessiner ce que sera le parlement que nous souhaitons.
L’Europe est aussi et avant tout le socle, d’une paix durable.
Nous devons donc être tous attentifs, et vigilants.

C’est là notre responsabilité !
La France a toute sa place dans cette Europe.
Mais si comme certains nous invitent à le penser, la France doit rester la France, je répondrais qu’elle doit le rester dans ce qui fait son âme et ses valeurs :
La France de la solidarité, la France qui innove, la France des droits de l’homme, La France qui protège, la France qui éveille les consciences.
Autrement dit
La France de l’égalité
La France de la Liberté
La France de la Fraternité
Je vous remercie.








Source