Lancement du contrat de transition écologique (CTE) sur le site de l’ancienne centrale au fioul d’Aramon


Ce vendredi, je me rendais sur le site de l’ancienne centrale au fioul d’Aramon pour le lancement du contrat de transition écologique (CTE).
Une délégation du ministère de la Transition écologique et solidaire, dont des membres du cabinet de Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, Nicolas Hulot, ainsi que le préfet du Gard, Didier Lauga, sont venus à la rencontre des acteurs locaux : institutionnels – Communauté de communes du Pont du Gard et Communauté d’agglomération du Gard rhodanien – et économiques – EDF, Cyclium, Pvsi, Leader Occitanie, UIMM, Aqua-Valley et Derbi, Campus Dhuoda, CEA, Bic innov’up, Enedis, Sanofi – afin de lancer le contrat de transition écologique sur le territoire.

J’ai rappelé que le 20 septembre dernier, lors de la Conférence des villes, Sébastien Lecornu avait tracé une première esquisse des contrats de transition écologique. Une esquisse aux contours de plus en plus visibles dont il nous appartient de tracer, ensemble, les derniers traits.
Dès le début, je me suis fait le porte-parole d’un projet ambitieux qui entre pleinement dans « la volonté de décarboner notre économie. ». Le tissu industriel local a un rôle à jouer dans ce défi et je suis heureux de cette belle aventure à créer en saisissant cette opportunité.

Le CTE apportera un nouveau souffle pour le tissu économique de la circonscription et représentera l’engagement de tout un territoire dans sa transition écologique.
Notre territoire recèle bien des atouts et a un fort potentiel. Le choisir comme laboratoire d’expérimentation du CTE par le ministère de la Transition écologique et solidaire est un acte fort. Troisième CTE national à être lancé, il sera un exemple de la réussite d’une nouvelle forme de coopération entre l’Etat et les territoires et une vitrine des savoir-faire gardois.

Les acteurs institutionnels et économiques sont unis et engagés pour atteindre le même objectif : la reconversion écologique et la transition vers la croissance verte du territoire. En ce sens, le projet CleanTech Vallée qui vise à fédérer les acteurs et leurs compétences multiples et complémentaires pour créer de la croissance autour des CleanTech est un moteur indéniable.
Le soutien de l’Etat, technique et financier, à la hauteur des ambitions du territoire, était nécessaire pour aller au bout de ce projet, structurant et tourné vers l’avenir.

De la fermeture d’une centrale thermique, source d’emplois et d’activité économique, nous engageons la transition de tout un territoire vers une croissance verte, aux technologies et énergies propres, pour créer de nouveaux emplois et de nouvelles compétences via la formation et pour favoriser la cohésion entre l’intégralité du tissu économique.

Toutes les collectivités locales, de la région Occitanie aux EPCI (communauté de communes du Pont du Gard et communauté d’agglomération du Gard rhodanien), en passant par le département, ont renouvelé leur soutien au CTE.

Dans l’après-midi, un temps d’échange constructif et important a été organisé avec les groupements d’entreprises et les entrepreneurs du territoire, au cœur de ce projet.
Les prochaines étapes sont les suivantes :
– Phase de convergence ;
– Phase de partage (mini Grenelle) ;
– Phase de négociation ;
– Signature.






Source

Tags: