Rencontre avec le syndicat Unsa retraites


Ce lundi toujours, j’allais à la rencontre du syndicat Unsa retraites dans leurs locaux Nîmois.
Nous avons échangé sur la réforme de la contribution sociale généralisée (CSG) qui concerne, entre autres, les salaires comme les pensions et les revenus du patrimoine et son impact sur les retraites. C’est une nécessité d’expliquer la démarche et le but de cette réforme qui vise, en premier lieu, les revenus immobiliers. Les retraités, à l’instar des actifs, sont aussi concernés mais seuls les retraités soumis au taux normal de CSG fixé à ce jour à 6,6% (soit un taux plus faible que celui pesant sur les revenus d’activité fixé à 7,5%) seront concernés par la hausse du taux de 1,7 point. Les retraités les plus modestes, qu’ils soient exonérés (environ 4 millions de pensionnés) ou soumis au taux réduit de 3,8 % (environ 1,8 million de pensionnés), resteront préservés de toute augmentation.
Ainsi, les retraités dont les revenus annuels sont inférieurs à 10 996 euros (pour une personne seule) et 16 868 euros (pour un couple) seront toujours exonérés et les retraités dont le revenu est inférieur à 14 375 euros (pour une personne seule) ou 22 051 euros (pour un couple) resteront soumis au taux réduit de 3,8 %.
Les autres retraités, environ 8 millions de pensionnés du régime général, soit près de 60% des titulaires d’une pension pourront, selon les cas, voir leur augmentation de CSG compensée par l’exonération de la taxe d’habitation.




Source